CONTACT

Pourquoi MySommeil ?

3 Septembre 2012. Le comité éditorial

La genèse du projet mysommeil provient des 3 constats suivants :


Les troubles du sommeil sont fréquents en France : plus d’un Français sur 3 déclare avoir une insomnie ou un trouble du rythme veille-sommeil depuis plus de 3 mois.

Il existe un paradoxe entre l’importance du sommeil en matière de santé publique et les réponses apportées pour informer ou aider les personnes. En effet, diabète, surpoids, troubles de l’humeur, hypertension artérielle, échecs scolaires, défaut de vigilance responsable d’un grand nombre d’erreurs et d’accidents... sont des conséquences, désormais connues, d’un sommeil insuffisant, de mauvaise qualité ou d’un rythme veille-sommeil altéré.

En entreprise, trop nombreux sont ceux qui ignorent encore que le stress, l’anxiété, les douleurs et les risques psychosociaux peuvent résulter d’une perturbation du sommeil et de son rythme. La privation de sommeil, dont les effets peuvent être catastrophiques, intéresse, entre autres, une grande majorité des 30 % des Français qui travaillent en horaires décalés et les 760 000 commerciaux qui conduisent leur voiture quotidiennement.

Nous savons maintenant qu’il existe des solutions pour mieux dormir.
Elles ont pour objectifs d’apprendre à gérer le manque chronique de sommeil, de s’adapter à un rythme de vie irrégulier ou de traiter un sommeil de mauvaise qualité. 

Malheureusement, elles sont peu accessibles et mal connues du milieu médical alors qu’en même temps, l’accès à des unités de sommeil est compliqué par de longs délais d’attente.

L’ambition du projet MySommeil est donc d'aider à retrouver, améliorer et maintenir une bonne qualité de sommeil à tous les âges, pour vivre mieux.

Le projet mysommeil est soutenu depuis son lancement par un comité scientifique et un comité éditorial constitués d’Éric Mullens  (médecin somnologue), de Stéphane Mouchabac (médecin  psychiatre), de Pauline Sabot (médecin du travail), de Violaine Kubiszewski (Master de santé publique), de Xavier Champagne  (pharmacien) et d’Anthony Dubroc  (pharmacien).